• Adeline

Les hommes et la montagne, conseils de lecture

Vous vous demandez peut-être ce que font les chercheurs quand ils ne parcourent pas la montagne pour collecter des échantillons, ou qu’ils ne sont pas en train d’analyser leurs échantillons dans le laboratoire ? Dirk passe beaucoup de temps à s’occuper de son potager, moi de mes abeilles. Et je lis aussi des livres… sur la montagne, évidemment !


Dans la collection « Hommes et Montagne » de Glénat, sont parus récemment deux ouvrages que j’ai dévorés et ce sont de véritables coups de cœur. Je n’ai qu’un mot à dire: chapeau ! à ces deux grands hommes qui, au péril de leur vie, se dévouent avec courage, bienveillance et modestie à sauver les hommes de la montagne, qu’ils soient touristes, randonneurs, ou habitants.



Dans le premier ouvrage, Secours en immersion – Au cœur du PGHM (Glénat, 2020), François Nicard nous transporte (par hélicoptère !) au cœur du secours de haute montagne, où la vie ne tient qu’à un fil, car on le sait, à la fin c’est la montagne qui décide... Chapitre après chapitre, l’auteur nous tient remarquablement en haleine, avec une grande maitrise du récit, mais aussi beaucoup d’humanité et de pudeur. On s’imagine aisément les situations périlleuses qu’il a vécues et on ne peut s’empêcher de trembler pour les «requérants » : un skieur pris dans une tempête de neige, une canyonneuse ayant fait une chute de soixante mètre, un parapentiste tombé dans une crevasse, des alpinistes piégés par le mauvais temps... On verse des larmes quand le dénouement est tragique et on soupire de soulagement quand la victime s’en tire. Ce récit fait forcément écho, car nous, les pratiquants de la montagne, avons tous en tête que l’accident est vite arrivé. La précision des descriptions m’a ramenée à ce jour où Dirk et moi avons été interrompus dans notre montée vers le Col de Madamète par les appels à l’aide d’une randonneuse dont le mari avait perdu connaissance. Les émotions sont revenues, intactes. Garder son sang-froid, faire les premiers gestes sur un terrain totalement inapproprié, téléphoner aux secours et entendre les pales de l’hélicoptère après des minutes qui semblent une éternité alors que tout est allé (heureusement) très vite… j’espère ne pas avoir à revivre ça…



Dans le second ouvrage, Sentiers de vie – Récits d’un médecin de montagne (Glénat, 2021), Vincent Lecarme partage avec nous son quotidien de médecin de montagne. Coiffé d’une double casquette (j’ai parfois envie de dire triple ou quadruple casquette !) de médecin généraliste et de médecin secouriste, on suit avec plaisir et intérêt ses consultations au cabinet, ses visites à ses patients dans des petits villages perdus au fond des vallées, ses gardes de nuit (épuisantes), et ses interventions de secouristes pour ramener à la vie accidentés de la route, inconnus ayant fait une crise cardiaque, ou accouchant une jeune saisonnière. On sourit quand cette skieuse tient absolument à continuer de skier malgré ses ligaments croisés en compote, et quand cette patiente taquine appelle son médecin pour l’informer qu’elle est décédée. A la lecture de cette vie ô combien passionnante, mais aussi exténuante, j’avais en permanence l’impression de reconnaitre mon propre médecin de montagne. Son mari et elle ont voué leurs vies à leurs patients et nous leur en sommes infiniment reconnaissants.

J’ai refermé ses deux livres avec regret, j’aurais bien passé davantage de temps avec ces auteurs. Certaine que les fans de montagne apprécieront, je suis ravie de partager avec vous ces deux coups de cœur.

12 views0 comments

Recent Posts

See All